Coronavirus, je mets un masque

Envoyer ce lien par e-mail à un ami

Coronavirus, je mets un masque

Depuis le 20 juillet, le port du masque grand public est rendu obligatoire dans tous les lieux clos, en complément des gestes barrières.
Le masque présente un réel intérêt pour limiter les risques d'une reprise de l'épidémie.

Le virus circule toujours

Avant le mois de juillet, les indicateurs de surveillances suivis quotidiennement montraient une relative stabilité. Depuis, le nombre de personnes testées positives au coronavirus a souligné une augmentation irrégulière des cas.

Relâchement des comportements, regroupements entre amis, réunions familiales et festives sont autant de facteurs de risque d’augmentation des cas positifs. Le respect des gestes barrières reste la meilleure des protections et permet de limiter et de rompre les chaînes de contamination. Pour maîtriser l'épidémie, chacun doit poursuivre ses efforts durant cette période estivale. De nombreux porteurs du virus n'ont en effet pas de symptôme ou seulement des symptômes bénins. Nos comportements conditionnent l'évolution de l'épidémie.

La période estivale ne doit pas être synonyme d’un relâchement dans le respect des gestes barrières. Restons collectivement vigilants pour éviter un rebond épidémique et protéger ainsi les plus fragiles.

Les bons gestes au quotidien 

  • Se laver les mains très régulièrement (avec de l'eau et du savon, ou du gel hydro-alcoolique)
  • Rester toujours à plus d'un mètre les uns des autres
  • Porter un masque dès que la distance d'au moins un mètre ne peut pas être respectée (ex : dans les lieux publics, les commerces...) et en particulier dans les lieux clos
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter
  • Saluer sans se serrer la main, arrêter les embrassades
  • Éviter de se toucher le visage en particulier le nez et la bouche

En cas de symptômes (fièvre, toux, nez qui coule, fatigue intense, perte de goût et odorat, difficultés respiratoires, diarrhées), je me fais tester

  • Restez à domicile, évitez les contacts, appelez votre médecin traitant ou le 0800 130 000, numéro vert 24h/24 et 7j/7 (pour toute question non médicale)
  • En cas d'aggravation des symptômes avec des difficultés respiratoires et signes d'étouffement, appelez le SAMU (15) ou envoyez un message au numéro d'urgence pour les sourds et malentendants (114)

Ne vous rendez pas directement aux urgences ou chez le médecin.

Vous êtes également invités à télécharger l'application StopCovid (anonyme, sécurisée et gratuite).

Le port du masque obligatoire

Le port du masque est obligatoire au sein des services de Morlaix Communauté dans les locaux fermés. Dans les zones en plein air accueillant du public où la distance de 1 mètre avec les autres personnes ne peut être garantie, le port du masque est également obligatoire.

. Le masque est donc obligatoire dans les déchèteries.
Du gel hydroalcoolique est à disposition au niveau des accueils des structures.

En outre, de façon à garantir un haut niveau de sécurité sanitaire et en plein accord avec les maires concernés, le préfet du Finistère, Pascal Lelarge, a rendu obligatoire, depuis le 16 juillet, le port du masque :

- pour l’accès aux marchés, alimentaires ou non, situés sur les communes de Audierne, Brest, Carantec, Cléder, Concarneau, Crozon, Daoulas, Fouesnant, Guerlesquin, Guisseny, Kerlouan, Lampaul-Plouarzel, Landunvez, Le Conquet, Le Guilvinec, Lesneven, Locquirec, Loctudy, Morlaix, Névez, Penmarch, Plabennec, Plouarzel, Plouescat, Plougasnou, Plougonvelin, Plounéour-Brignogan-plages, Pont-l’Abbé, Quimper, Roscoff, Saint-Pol-de-Léon, Trégunc,

- au sein des établissements recevant du public sur les îles de Batz, Molène, Ouessant et Sein, en attendant la généralisation de la mesure en début de semaine prochaine.

Le non-respect de ces mesures est passible d’une contravention de 4e classe (135 €), et peut être sanctionné de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende ainsi que de la peine complémentaire de travail d’intérêt général en cas de récidive.
+ d'infos

Information Coronavirus COVID-19

Dans cette rubrique...